Mots moteurs

« Les mots sont des moteurs qui nous propulsent et impulsent nos gestes autant que nos idées. » 

Mots-moteurs, atelier de danse et d’écriture, propose de sortir de la solitude du spectateur. Il vient couronner un parcours, élaboré pour un groupe de 12 participant·e·s, et composé de plusieurs spectacles programmés dans le cadre d’Excentriques, en septembre 2021.

Imaginer le hors champ de la création, « réparer » une pièce ou encore déconstruire une page à deux : Volmir Cordeiro et Émilie Notéris nous invitent à créer ensemble un espace de convergence de points de vue où la danse et l’écriture s’interrogent.

Mots moteurs

Exotisation du sacré

Maquillage et costumes notre identité

« Notre » identité ? Existe-il une identité universelle ? Une identité humaine ? NON !

De nos identités de peuples colonisés.

Nos identités de sont pas vos jeux.

Je suis issue des colons. Et cela me pose question sur mon rapportà l’autre, au monde, à moi-même.

D’où mon penchant à l’intersectionnalité.

Alors, on fait comment pour réparer ?

Pour réparer, je revendique. Que nos corps, nos traditions,nos histoires sont sacrées. Qu’ils ne sont pas vos terrains de jeu, de divertissement.

Qu’ils sont là si vous voulez les connaître. Apprenez, demandez, venez partager. Mais ne vous les appropriez pas.

Tout est déjà approprié. Tout est déjà détruit. Tout continue – la domination, l’asservissement, la cupidité. La rage, la fureur ; ma colère serait peut-être le début d’un changement.

Détournement – possession – fracas.

Réparation – création – autrement – ailleurs.

Je dis vengeance, révolte, émeute, violence, guerre, je dis terre brulée, haine, rage, lutte, mort. Il suffit que les survivantes et survivants soient du bon coté pour que le monde change.

Là, c’est mon espace !

Dorothy et Sonia

Mots moteurs

Un refus de se conformer amène

la naissance d’une lutte

Lutter contre les mots pour tordre leur pouvoir de création.

La pendule sonne avec la régularité d’un métronome, mais tut’extirpes de la litanie d’une fausse prière.

Les corps transpirent et produisent ainsi de la nouveauté, vierge de tout a priori. Le texte qui dirige les mouvements de ces corps est transcendé.

Les mots prennent un sens singulier, neuf, de nouveau signifiant = trop mâchés, ils sont abandonnés

Combat des corps contre les mots, combat des mots contre les corps. Qui l’emporte ? Pfiou ! Pfiou ! Burlesque.

Chacun revendique la place, onomatopées expirées, empêchées ; retenues.

Des claques ! Stroboscopiques…

Le corps prend la dynamique du popcorn. Il est en expansion et se bouche les oreilles, il veut empêcher les mots.

Ces mots de font pas semblant, les corps en sont l’extension.

Ils donnent des ordres.

Clémence et Clément