Repères, cahier de danse n°30
Sorcières

retour à la liste des revues
Repères, cahier de danse n°30

parution Nov 01, 2012
langue français
pages 32 p.
format 210x297
ISBN 2112-5147

6 €

épuisé


Retrouvez les articles de la revue sur CAIRN (à partir du n°17) et sur BNFA - (bibliothèque numérique à destination des aveugles et malvoyants)

Des danses de Sabbat aux solos de la danse moderne, de la danse de Salomé aux personnages de ballet... La danse occidentale est traversée par la figure de la sorcière. Nous avons souhaité questionner ces représentations de la femme dansante, inscrites dans l'imaginaire collectif. De façon troublante, il s'est avéré que « penser la sorcière en danse » conduisait les danseurs et chercheurs à faire jaillir des survivances, des résurgences, d'étranges correspondances entre des époques et des cultures différentes. Rompant les fils de la chronologie et les assignations géographiques, ces textes tissent une histoire de la danse foisonnante et inattendue. La figure de la sorcière, rejouant les frontières de l'humain et du monstrueux, convoque aussi des souvenirs intimes, des expériences limites. Elle questionne chacun de nous sur la puissance de ses peurs et de ses désirs : ce numéro nous invite à plonger dans les zones troubles où le corps et la pensée, conjointement, « dévient du droit chemin ». Ainsi, le thème de la métamorphose traverse l'ensemble des textes. Transformer l'autre, se transformer soi-même : la sorcière ne nous parle-t-elle pas, fondamentalement, du travail du danseur ?

sommaire du numéro

L'énergie sorcière
entretien avec Elsa Wolliaston

La sorcière et ses avatars dans le répertoire romantique et postromantique
Hélène Laplace-Claverie

Avoir peur de la sorcière Graham
entretien avec Noemi Lapzeson

Les cinq sorcières
entretien avec Pedro Pauwels

Une sorcière en cache une autre
Isabelle Launay

Le corps de Mary Wigman est un medium
entretien avec Dominique Brun

« Rien n'irrite plus un homme qu'une femme qui danse »
Marina Nordera

Le conte de fées comme partition corporelle
Raphaël Cottin et Angela Loureiro